Un Président dans l’incantation, le flou et les petites phrases

Publié le 16 janvier 2014

conference-presse-hollande

Ce que l’on retiendra de la conférence de presse tenue hier, c’est que François Hollande nous aura globalement offert un exercice de contorsionniste, esquivant les questions des journalistes et s’assurant de ne jamais expliciter la manière dont sa politique serait concrètement mise en oeuvre.

Le Président ne peut plus continuer à se cacher derrière le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy pour excuser l’échec de sa propre politique

Dès le début de son intervention, François Hollande a une nouvelle fois versé dans l’antisarkozysme pour justifier l’échec de la politique économique de son gouvernement. Il est indécent après de longs mois au pouvoir de continuer à faire croire aux Français que d’autres sont fautifs, alors que le Président reconnait avoir lui-même sous-estimé l’ampleur de la crise. Il
serait temps d’assumer pleinement les erreurs et errements de son propre gouvernement.

Toujours du flou et des incantations quand les Français réclament de l’action et du concret

François Hollande le savait : son impopularité, les cafouillages gouvernementaux et les scandales à répétition le plaçaient dans une position délicate. Aussi, et cherchant à satisfaire tout le monde, le Président a déroulé un long catalogue d’annonces et de belles intentions, balayant à peu près tous les sujets, du fameux pacte de responsabilité à la guerre au Mali, en passant par les emplois d’avenir, l’Europe, la réorganisation des collectivités territoriales, la baisse des dépenses publiques, la lutte contre la fraude à la Sécurité Sociale et entre deux sujets, une porte ouverte à la légalisation de l’euthanasie.

Un inventaire de mesures qui ressemblait à s’y méprendre au discours d’un candidat en campagne, cherchant à ménager la chèvre et le chou et à ouvrir des portes, sans pour autant ne rien dire de la manière dont les mesures seront appliquées. Lutter contre la fraude, comment ? Baisser les dépenses publiques, comment ? Supprimer des régions et des départements, sur quelles bases ? La baisse des charges, quel calendrier, quel financement ? Beaucoup de flou, rien de concret !

Les turpitudes du Président Hollande abîment l’image de la France

François Hollande, qui si souvent par le passé attaqua Nicolas Sarkozy sur sa vie privée, se pose désormais en défenseur du droit au respect de la vie privée et se dit « indigné » par les révélations du magazine Closer. Le Président de la République gagnerait cependant à s’abstenir de toute indignation personnelle et à penser davantage aux conséquences de ses actes, certes privés, sur l’image d’une France aujourd’hui abimée.

François Hollande a par ailleurs fait savoir qu’il ne donnerait pas d’explications avant sa visite d’état aux Etats-Unis. Pourtant, et dans la mesure où l’argent du contribuable est utilisé afin de maintenir une équipe au service de la compagne du Président, les Français méritent des clarifications et ont le droit à la transparence la plus totale sur le bien-fondé de cette utilisation des fonds publics.

« Moi Président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire »

Au-delà des impératifs de transparence qui nécessitent que le Président apporte rapidement des clarifications, cette affaire illustre surtout une trahison des engagements de campagne d’un candidat qui se voulait « normal », en tout point et à chaque instant « exemplaire » et qui avait promis aux Français une « République irréprochable ». Dix-huit mois après son élection, de couacs en affaires en tout genre, que reste-t-il de ces engagements vertueux, si ce n’est l’amertume des Français qui ont cru en ces promesses, et la consternation de tous les autres ?

Les jeunes Français qui s’expatrient, de bien meilleurs « ambassadeurs » pour la France

Interrogé par une journaliste lui demandant si l’émigration des jeunes Français à l’étranger était le signe d’un échec de sa politique en faveur de la jeunesse, François Hollande a préféré botter en touche. Le Président en a toutefois profité pour saluer ces jeunes Français de l’étranger, qu’il « rencontre souvent lors de ses déplacements » et qui sont les ambassadeurs de la France dans leur pays d’adoption. Il est vrai que ces jeunes qui partent, prennent des risques, innovent, travaillent sans relâche pour réussir et créer de la richesse, exportent le savoir-faire et l’excellence française à l’étranger sont des exemples, et bien souvent de meilleurs portedrapeaux pour la France que le Président lui-même, isolé sur la scène internationale.

Le Président Hollande n’est pas à la hauteur des enjeux et nous offre le triste spectacle d’une France en mal de leadership et de vision

Au terme de cette intervention, on retiendra que François Hollande parle de tout sans répondre sur rien. On déplorera que le Président refuse de s’expliquer sur un sujet qui porte atteinte à l’image de la France et en fait la risée du monde. On notera la condescendance avec laquelle ont été traités les journalistes étrangers et la manière dont les questions ont été soigneusement filtrées.

Enfin, on repensera à la phrase de Nicolas Sarkozy qui s’interrogeait en avril 2012 : « que resterait-il de la capacité d’influence d’une France qui se retrouverait affaiblie politiquement, économiquement et moralement ? ».

Après dix-huit mois à la tête de l’état et comme l’avait prédit Nicolas Sarkozy, François Hollande nous offre à nouveau ce soir le triste spectacle de cette France en mal de leadership et de vision, et dont la capacité d’influence est amoindrie sur le plan politique, économique et désormais moral.

Guy Wildenstein
Délégué UMP Côte Est des Etats-Unis
Anne Rivière
Déléguée adjointe UMP Côte Est des Etats-Unis
Nicolas Puygrenier
Responsable Jeunes UMP New York
Juliette Hans
UMP Côte Est des Etats-Unis
Flore Poughon
UMP Côte Est des Etats-Unis